photo-1447439309105-abbc1bc9ea84

Pourquoi c’est carrément génial de voyager en basse saison (aka novembre et avril au Québec)

Tu as deux jours, une semaine, un mois de libre (!!) et tu as le goût de partir mais tu te dis que les billets d’avion au Sri Lanka sont trop chers, que le Mexique tu as fait le tour et que ce n’est pas le temps de voyager au Québec ? Peut-être que tu devrais faire tes bagages. Parce que notre belle province, elle est belle à l’année, et les avantages de voyager en basse saison sont presque aussi nombreux que le nombre de régions qui attendent d’être explorées. Lis un peu ça, pour voir…

Combattre la déprime par la découverte

Novembre et avril au Québec ont peut-être en commun d’offrir un peu plus de tons de bruns et de gris que les autres mois du calendrier, mais lorsque l’on sort des villes, le charme de la nature est le même, arbres dénudés ou non. Ne laisse pas les nuages, le vent ou le changement d’heure automnal te vider de ta bonne humeur et profite des jours de congé pour danser sous la pluie au sommet d’une montagne et te changer les idées dans un environnement nouveau !

Des prix réduits pour absolument tout

Ce qui est très pratique, lorsque l’on voyage en basse saison, ce sont aussi les réductions. Lorsqu’il s’agit d’hébergement ou d’activité touristique du style balade en train ou randonnée pédestre, il n’est pas rare que les prix soient coupés de moitié par rapport au coût habituel en haute saison ! Et ce n’est pas tout ! Souper trois services au restaurant, objets-souvenirs, essence et même sandwichs d’épicerie risquent fort de se vendre moins cher qu’en plein cœur de l’été, l’économie se trouvant quelque peu ralentie par le froid.

Bye-bye touristes

Un autre avantage de voyager en basse saison est de pouvoir profiter en toute quiétude des lieux les plus prisés de chaque région. Fini les hordes de touristes armés de caméras et de voix fortes, adieu files d’attente et hébergement complet, novembre et avril sont les mois parfaits pour aller où tu veux et faire ce qui te plaît ! Seul·e sur les sentiers, tu augmentes tes chances de faire la rencontre d’un caribou ou d’une chouette, en plus de t’accorder davantage d’espace mental pour te ressourcer pleinement.

Percer le mystère des locaux

Tu te demandes toujours, lorsque tu visites un village de petite taille, ce que ses habitant·e·s peuvent bien y faire ? La basse saison est le moment idéal pour le découvrir ! Généralement et surtout dans les villages très touristiques, une fois les visiteur·euse·s reparti·e·s, les villageoi·se·s reprennent leurs droits, leur souffle et leurs occupations et on les aperçoit à nouveau en train de jaser au comptoir du café ou de jouer à un sport étrange. Si tu te sens trop gêné·e pour les aborder à froid, profite des spectacles, projections, fêtes et autres événements locaux qu’ils et elles organisent pour en apprendre davantage sur la communauté et sentir ce qui la fait vibrer ! Et puis… on ne sait jamais où notre sac à dos nous mène, peut-être que tu décideras d’y rester !

Bonne aventure !