messy-kitchen-sink_800

Liste des choses à ne pas faire en auberge de jeunesse

Parce que ce n’est pas tout le monde qui est habitué de vivre en communauté et que tous les problèmes de dortoir ne se règlent pas avec une bonne paire de bouchons, voici une petite liste des choses à ne pas faire en auberge de jeunesse pour t’assurer qu’aubergistes et voyageur·se·s seront sincères lorsqu’ils et elles te souhaiteront « bon matin ».

1. Laisser ta nourriture dépérir

Dans une auberge de jeunesse, il est primordial d’identifier ce que tu déposes sur les tablettes du réfrigérateur et du garde-manger ou, du moins, de respecter le système mis en place par les aubergistes pour savoir ce qui a été oublié. Pour lutter contre le gaspillage alimentaire, pense à transférer la nourriture que tu n’utilises pas dans la section « à donner » ou « pour tous » accompagné d’un petit mot invitant les gens à se servir avant qu’il ne soit trop tard.

2. Crier

Personne n’aime entendre quelqu’un crier. Ni ronfler, mais ça, contrairement au premier, c’est plutôt incontrôlable. Plusieurs personnes qui cohabitent sous le même toit, cela signifie que pendant que tu es en mode party, l’autre peut être en mode cocooning-silence-je-bois-mon-thé. Et c’est très bien comme ça. Mais si cet autre se recroqueville dans un coin tranquille, ne va pas lui chanter ton état d’ivresse au visage. Et chuchote si tu as besoin de parler à l’heure où l’on dort. Tu seras si content·e qu’on le fasse pour toi. 

3. Maltraiter l’équipement qu’on te prête avec amour

Les auberges de jeunesse n’ont généralement pas le budget d’un hôtel de luxe. Prends soin du mobilier et de tout ce qui t’es prêté et veille à ne pas repartir accidentellement avec la clé de ta chambre ou autre séchoir à cheveux qu’on t’aura fourni avec bienveillance.

4. Imposer tes goûts musicaux

Tu as envie d’un film ou de musique ? Utilise des écouteurs ou demande à ceux et celles qui t’entourent si ils et elles sont d’accord avant d’allumer ce speaker, cette radio ou cette télé, ou de pratiquer tes accords sur cette guitare ou ce piano sur lequel tu viens de tomber.

5. Répandre tes effets personnels partout où tu passes

Les espaces communs sont des endroits accueillants lorsque l’espace est libre à l’utilisation de tous et toutes. Évite de marquer ton territoire en laissant brosse à dents, serviette et cheveux dans la salle de bains ou livres, jeux et papiers sur la table du salon.

6. Ouvrir la lumière en pleine nuit

Lorsque ce sera ton tour de dormir, tu apprécieras beaucoup que l’on ne te braque pas une lampe de poche dans les yeux et que la porte se referme tout doucement avec les allées et venues de tes co-chambreur·se·s.

7. Prendre un·e autre voyageur·se en otage

Provoquer des rencontres, les auberges de jeunesse sont faites pour ça. Mais si tu constates que ton interlocuteur·rice ne semble pas très intéressé·e à faire la conversation, oublie les monologues et laisse-lui ou elle sa bulle. D’autres voyageur·se·s se feront un plaisir de t’entendre raconter ta dernière anecdote d’escalade.

8. Participer à la plus haute tour de vaisselle

Les aubergistes ont beau l’écrire partout en majuscules, laver, essuyer et surtout, ranger la vaisselle utilisée ne semble pas encore un réflexe pour la majorité. Alors si une montagne d’assiettes et de casseroles se construit, ne va surtout pas ajouter ta pièce au puzzle. Range plutôt la vaisselle des autres, pourquoi pas ? Un peu de bénévolat n’a jamais fait de tort.

9. T’attendre à un confort 5 étoiles quand tu paies 30$ la nuit

Bien sûr, les employé·e·s feront tout en leur pouvoir pour satisfaire tes désirs, mais à 30$ la nuit en moyenne, s’il te plaît ne te plains pas de dormir sur autre chose qu’un matelas King à mousse mémoire ou d’avoir eu un sommeil léger à cause des cauchemars de ton voisin de dortoir.

10. Donner une mauvaise note à l’auberge avant d’avoir demandé de l’aide

On l’a déjà souligné, les aubergistes sont là pour t’aider à passer le plus beau séjour qui soit. Alors avant d’écrire en ligne, pour une quelconque raison, de mauvais commentaires sur l’établissement qui t’a accueilli, assure-toi d’en avoir d’abord parlé avec celui ou celle qui travaille à l’accueil. Dans la majorité des cas, il ou elle aurait eu une solution toute prête pour toi.